[ INTERVIEW ] Fin de l’entretien avec Steff S.

Découvrez la fin de l’entretien que nous a accordé Steff S. dans le cadre de son mois d’autrice sur Litzic.

Même les meilleures choses ont une fin, et cet dernière partie de l’entretien avec Steff S. en est une. Et quelle fin !  Nous remercions chaleureusement Steff S. de s’être prêtée avec tant de bonne humeur et de légèreté à cette interview dont nous vous invitons tout de suite à découvrir le dernier volet !

L’interview.

Litzic : Dans Number one, nous rencontrons Chris, un personnage pétri de troubles psychologiques suite à une enfance l’ayant fortement conduit à devenir qui il est. Penses-tu que l’amour est à même d’apaiser (si ce n’est effacer) tous nos tourments d’enfance ?

STEFF S. : J’aimerais tant y croire ! Heureusement, les romans nous donnent cette satisfaction de rêver à l’impossible. Je pense toutefois qu’une personne peut faire la différence dans une vie. La bonne personne. Celle qui saura combler le vide, celle qui saura nous comprendre comme personne d’autre. Seulement, il faut la trouver et aussi savoir la garder. Est-ce que l’amour a ce pouvoir ? Le saurais-je un jour ? En attendant, j’aime à l’écrire, c’est comme les rêves, parfois, ils se réalisent.

L : J’ai essayé de ne pas dévoiler trop de l’histoire de Number one dans ma chronique. Ai-je bien fait ?

STEFF S. : Oui et non. Ça a dû être un sacré travail de ne pas dévoiler le moindre indice. Bravo ! Quant à moi, j’ai effectué la même chose en écrivant. Personne ne l’a remarqué, mais à aucun moment la prostituée n’emploie d’adjectif finissant par ée. Tout comme les verbes que je n’ai jamais conjugués avec le participe être. Ce fut un défi, une longue recherche. Ce sont ces petits détails que les lecteurs ne voient pas, mais qui maintiennent le suspense jusqu’au bout.

L : Veux-tu en dire plus sur la prostituée qui perturbe la vie de Chris ?

STEFF S. : Oh ! Eh bien, Monsieur, on veut lâcher le morceau *rire*. Oui, disons-en un peu plus, mais pas trop, hein, non, mais ! Ce n’est pas bien de spolier les histoires. Je dirai simplement que si vous souhaitez en savoir plus, allez faire un tour sur Google livre par exemple.
À mon avis, ils sont un peu trop généreux en offrant 20% du roman. Cependant, c’est peut-être une aubaine pour vous, lectrices et lecteurs de vous faire une idée de votre prochain achat.
Donc, je me suis éloignée du sujet.
Pour faire court, cette prostituée qui tombe éperdument en amour de Chris n’est pas comme les autres. Pourtant, ce milieu lui convient, elle a choisi de vivre ainsi contrairement à ses collègues.

“Y aura-t-il une suite ? Ouiiiiiiiiiiiii !!! Number One est une trilogie.”

L : Tu t’es focalisé sur Chris, mais il semblerait bien que cette prostituée, qui aime la strangulation, et le sado-masochisme de façon extrême parfois, ait également besoin que l’on revienne sur sa psychologie ? Est-ce prévu dans une suite ?

STEFF S. : Tout à fait, dans Number One, il y a deux personnages principaux. Les deux ont des mœurs peu communes. Tous deux aiment l’asphyxiophilie. Cette pratique est très répandue chez les hommes, surtout dans le milieu gay. Chris aime étrangler les gens, il ressent un pouvoir extrême à jouer avec leur vie. Alors, quand il rencontre enfin celle qui assouvit ses fantasmes, et qu’en plus, cette personne prend du plaisir à être étouffée… Une osmose se crée. Pourquoi l’un et l’autre désirent-ils jouer avec leur vie de cette manière ? Eh bien, vous ne le saurez qu’en lisant !
Je sais, je sais, c’est aussi sadique que les manières de Chris… Hi ! Hi ! Hi !

Y aura-t-il une suite ? Ouiiiiiiiiiiiii !!! Number One est une trilogie. Le second volet sortira en septembre sauf retard exceptionnel, puis le troisième début 2021. Les tomes 2 et 3 sont écrits, les contrats signés, donc pas de frustration pour vous, chères lectrices, chers lecteurs. Vous aurez la suite quoi qu’il arrive.

L : Nous voyons à quel point nos parents peuvent être la cause de nos doutes, de nos peurs, de nos manques d’affirmations. Était-il important pour toi d’évoquer cela ?

STEFF S. : Ça l’est. L’enfance détermine l’adulte que l’on devient. Bien sûr, la vie nous enrôle dans des costumes que l’on ne veut pas forcément enfiler. Cependant, les bases que l’on acquiert restent indélébiles dans le corps et l’esprit. En créant Chris, je veux le démontrer. Malgré sa réussite professionnelle, il demeure le petit garçon meurtri par ses expériences. L’autre personnage dont nous tairons le nom… ou pas, car si vous vous rendez sur ma page Facebook, vous le saurez tout de suite. Allez, appelons ce personnage E pour maintenir un peu le suspense. E aussi a beaucoup de blessures, toutefois cela n’est dévoilé qu’en partie dans le tome 2 et vraiment dans le tome 3.
Je me suis attachée à Chris et ses problèmes dans ce premier volet, car c’est lui le facteur déclencheur, c’est d’abord par lui que toute l’histoire passe. S’il n’y avait pas eu cette rencontre improbable, rien ne serait arrivé.

L : La fin nous semble une nouvelle fois… pas à la hauteur de nos espérances. Es-tu contente d’avoir réussi à nous embarquer à ce point dans ton univers que nous soyons à ce point déçu de quitter les différents protagonistes de tes histoires (la fin d’ Encore ! nous avait elle aussi laissé dans un état d’insatisfaction)?

STEFF S. : Cette fois, je suis très très contente de vous laisser un goût de reviens-y puisque vous les retrouverez dans les deux autres tomes. Toutefois, j’ai encore voulu m’abroger des codes. La suite de l’histoire se passe une dizaine d’années plus tard. Mais chut !!! Ne dites pas que je vous l’ai dit.

“j’ai laissé mes idées m’envahir, pour Number One, il y a eu une vraie synergie.”

L : Tu t’es mise dans la peau de Chris de façon plus que convaincante. Doit-on en déduire que la psychologie masculine n’a aucun secret pour toi ? Plus sérieusement, pourquoi t’être investi à ce point dans la psychologie d’un homme plein de freins ?

STEFF S. : La psychologie masculine… MDR ! Comme vous, messieurs, qui clamez ne rien entendre aux femmes, je n’ai aucun super pouvoir me dictant les pensées des hommes. Dommage, ça m’aurait bien aidé parfois. Bon, passons les plaisanteries. J’ai l’intime conviction qu’hommes et femmes se ressemblent bien plus qu’on ne pourrait le croire. C’est notre société qui établit des codes et qui façonne les gens. Tout petits, les garçons sont conditionnés à ne pas pleurer, à protéger les filles, etc. Je rebondis sur la question précédente. L’enfance influence notre vie d’adulte. Indéniablement.

Bien, fermons la parenthèse et rejoignons nos Number One.

Les deux personnages principaux m’ont pris au corps, si j’ose dire. Je n’ai pas eu l’impression d’écrire, mais de me laisser guider par eux, par leurs émotions, par l’entièreté de leur existence. C’est comme si une force inconnue courait sur le clavier. C’est assez inhabituel pour moi. Si pour Encore ! j’ai laissé mes idées m’envahir, pour Number One, il y a eu une vraie synergie. Leurs peurs m’habitaient, leur amour naissant, enfin tout se confondait en moi.

C’est là que je me suis dit : ouf ! Je n’écris pas d’horreur *rire*

L : Le roman se termine dans un château libertin, Le Montcristal. Tu as déjà écrit une trilogie lui étant consacrée. Peux-tu nous en dire quelques mots ?

STEFF S. : En effet, « Le Montcristal » est l’intégrale qui regroupe trois longues nouvelles :
— Réveillez vos sens au Montcristal
— Réveillez votre sixième sens au Montcristal
— Brûlez vos sens au Montcristal
La première partie est sortie en novembre 2016 et la dernière en janvier 2020. Je suis très attachée à ce titre, car « Réveillez vos sens au Montcristal » est l’un de mes premiers textes publiés. J’envisageais d’écrire cette dernière partie depuis très longtemps sans jamais avoir pris le temps de le faire. Mais mon éditeur devait refondre le recueil qui avait un autre titre à l’origine et m’a demandé de clore l’anthologie.
Dans « Brûlez vos sens au Montcristal », j’y intègre les personnages de « Number One ». On les découvre une dizaine d’années après leur rencontre. Je vous conseille donc de lire d’abord « Number One » et ensuite « Brûlez vos sens au Montcristal ». Vous pouvez toutefois lire « Réveillez vos sens » et « Réveillez votre sixième sens » puisque là, les personnages sont indépendants de mes autres romans.

Je vous en parle alors que vous ne connaissez peut-être pas le concept du Montcristal !
Permettez-moi de vous le présenter.
Le Montcristal est un relais-château libertin qui accueille trois couples chaque week-end. La gérante, Gabrielle, et son second, Edgar, mettent en place des activités originales pour régaler leurs clients friands de jeux BDSM. Ici, les gens viennent se divertir, mais surtout trouver la liberté d’exaucer leurs fantasmes. Tout cela dans le plus grand respect, car Gabrielle veille au bien-être de ses convives. Tout le monde consent au Montcristal, et si ce n’est pas le cas, gare à eux ! La gérante du Montcristal est impitoyable avec les contrevenants.

L : Quels sont tes projets à plus ou moins long terme question écriture ?

STEFF S. : À court terme, j’ai un nouveau projet qui me réjouit, mais je ne peux pas vous en dire vraiment plus. Le contrat est signé, j’attends une contre-signature. Seulement ai-je le droit de vous dire avec qui ? Je ne sais pas, donc, chut ! Ce qu’en revanche vous pouvez savoir, c’est qu’il ne s’agit pas d’un éditeur classique.
À long terme… pouh ! C’est trop long, voyons d’abord ce que demain nous réserve avant de songer à après-demain. J’écrirai. C’est une certitude. Quoi ? Pour qui ? Qui a une boule de cristal ? *rire*
En fait, j’aime me projeter dans un avenir proche. Il y a tellement d’incertitudes dans ce monde qu’il vaut mieux mettre son énergie au présent. Et puis, le futur, c’est un temps si difficile à conjuguer…

L : Que peut-on te souhaiter de beau pour la suite de ton aventure littéraire ?

STEFF S. : Eh bien, un lectorat plus important me semble une bonne suite. Vous peut-être ! Et continuer sur ma lancée, car j’ai une belle énergie en ce moment. Ce qui n’a pas été le cas depuis bien longtemps avant la parution de Encore ! Donc, tout va bien dans le meilleur des mondes.

Avant de vous quitter, j’aimerais vivement remercier Litzic pour ces interviews agréables et Patrick pour nos échanges très intéressants. J’ai été heureuse de vous faire partager mon univers, mes pensées, mes petites blagues.
Si ça vous tente, venez me rejoindre sur ma page Facebook

À bientôt !

Steff S. interview fin de notre entretien

Retrouver Steff S. sur sa page FB

Retrouver la présentation de Steff S. ICI

Lire la chronique de Encore !

Lire la chronique de Number one

Première partie de l’interview

Deuxième partie de l’interview

Troisième partie de l’interview

Notes bibliographiques : Voici les références de quelques ouvrages de Steff S.

Chez Libertine Editions
Encore !
Number One.

Chez Evidence Editions
– Réveillez vos sens au Montcristal
– Réveillez votre sixième sens au Montcristal
– Brûlez vos sens au Montcristal

Ajoutez un commentaire