[ ROMAN ] STEFF S., Number one, romance et acceptation.

Number one, roman de Steff S., parut chez Libertine Éditions.

Nous poursuivons le mois auprès de notre auteure de romans érotiques, Steff S. Nous nous attardons aujourd’hui sur Number one, son dernier en date qui, loin de tous stéréotypes, nous entraîne dans une histoire d’amour (forcément ponctuée de passages érotiques) dans laquelle chacun des personnages cherche sa place.

L’histoire.

Nous sommes bien embêtés. Pourquoi ? Parce que nous ne voulons pas vous révéler de quoi il retourne exactement. Notamment car, dès le début, une surprise de taille nous laisse relativement pantois et déjoue nombre de nos attentes. Il convient de dire que toute l’histoire de Number one s’articule autour de cette surprise de taille.

Nous pensions, peut-être injustement, nous trouver en présence d’une histoire à la Pretty Woman (ce film est d’ailleurs évoqué en tout début de roman), voire à un dérivé du succès érotique de ces dernières années (puisqu’un riche industriel, sado-masochiste, y cherche une maîtresse docile en la personne de prostitués).

L’histoire commence un soir. Une pute, qui aime son boulot (puisqu’elle pourrait faire autre chose de sa vie, l’argent n’étant pas un problème), rencontre Chris. Il la domine d’emblée. D’emblée, elle est sous son charme. Il lui impose le silence et une fellation. Il l’emmène ensuite chez lui, dans son donjon, où il lui fait « subir » le supplice de la potence et de l’étouffement, jusqu’à ce moment où…

Nous n’en dirons pas plus. À vous de le découvrir en lisant Number one.

La chronique continue.

Bon, nous allons tout de même poursuivre notre décryptage de cette histoire pas comme les autres. Nous y rencontrons deux personnages centraux, une prostituée et Chris, plus des personnages secondaires importants comme Julia, Richard, le chauffeur de Chris, ou bien Jeanne Moreuil, la mère de la prostituée. Chris est un homme distant, froid, qui porte en lui un terrible secret qui le conduit à des accès de violence assez terribles, contre les autres mais également contre lui-même.

Seul l’amour peut le délivrer de cela. Mais encore faut-il qu’il l’accepte. Et ce n’est pas chose aisée, car la rigidité avec laquelle il a été éduqué est un frein quasiment insurmontable à surpasser. Mais quand les sentiments s’en mêlent, il y a toujours une échappatoire possible !

La plume.

Nous le disons tout de go, la plume de Steff S. est très efficace dans ce roman. Tout d’abord, parce que la quatrième de couverture ne nous délivre aucun secret sur cette surprise qui nous attend dès le début. Nous en sommes donc stupéfaits, dans le bon sens du terme car l’originalité (qui pourrait faire défaut dans ce type de littérature) y est au rendez-vous et brise l’idée d’une copie du fameux 50 nuances machin truc. Un très bon point donc !

L’autre très bon point concerne le fait que, dans un autre style que son autre roman Encore ! (roman similaire, dans l’idée et sa « réalisation », à un film pornographique), ce livre délivre une histoire plus complexe qu’il n’y paraît (avec tout de même des scènes de sexes très explicites). Steff S. parvient à tisser une trame psychologique assez poussée du personnage qu’est Chris. Nous comprenons ses doutes, ses peurs, ses réticences à assumer sa nature profonde, celle qui le tourmente au point de se scarifier et d’être un « monstre » de froideur.

Un développement progressif.

Au fil des pages que nous tournons, nous apprenons à apprivoiser les différents personnages. Le focus est mis sur Chris, mais nous espérons que, peut-être, dans une suite, les tourments des autres personnages nous soient révélés avec la même justesse. Car dans Number one, il y a ce soucis de crédibilité permanent qui fait que, jamais, nous ne sombrons dans une sorte de cliché fantasmé . Steff S. se glisse parfaitement dans le corps de Chris, lui apportant pas mal de justesse dans ses ressentis d’homme.

La seule ombre au tableau, c’est cette fin un peu brusque. Steff S. nous le confiait, dans l’interview, elles lui posent en effet problème, ces fins. Nous ne sommes pas fans des conclusions qui s’éternisent, mais nous ne sommes pas plus amoureux de celles qui se terminent abruptement. Ici, nous sommes dans un entre-deux presque insatisfaisant. Pourquoi ? Car nous aurions aimé en savoir plus sur le monde qui se proposait aux amoureux, ce qu’il advenait des troubles de Chris… Bref, nous restons sur notre faim. Preuve que Steff S. nous a bel et bien embarqué dans cette histoire forte et absolument, nous le répétons, originale.

NB : dans cette chronique, nous ne nous focalisons que sur un seul des personnages pour ne pas gâcher la surprise que vous découvrirez en lisant le livre.

Steff S. number one

Retrouver Steff S. sur sa page FB

Retrouver la présentation de Steff S. ICI

Lire la chronique de Encore !

Première partie de l’interview

Deuxième partie de l’interview

Troisième partie de l’interview

Notes bibliographiques : Voici les références de quelques ouvrages de Steff S.

Chez Libertine Editions
Encore !
Number One.

Chez Evidence Editions
– Réveillez vos sens au Montcristal
– Réveillez votre sixième sens au Montcristal
– Brûlez vos sens au Montcristal

Ajoutez un commentaire