P. GUILLON, L. ALLOING, Dans la secte

dans la secteBienvenue dans notre Sect-heurt

Une publiciste, au bord de la crise de nerfs, vend son corps et son âme, sur les conseils d’un « ami qui lui veut du bien », à la Scientologie, cette Eglise pour les uns (ndlr : nous rappelons que la l’église de scientologie est reconnue comme une secte par la France), cette entreprise de destruction massive des esprits pour d’autres. Fatale erreur ! Elle s’en mordra les doigts, s’usera la santé, manquera de mourir en chopant le tétanos sur un chantier soi-disant hyper baba cool, dilapidera le peu d’économies qu’elle avait engrangé, ainsi que ses indemnités de licenciement.

Bref, le bonheur total et intégriste… Nous plongeons avec Marion dans l’enfer de la Scientologie, parangon des dérives de gourous grillés du bulbe qui promettent monts et merveilles en vous délestant de vos deniers, en niant votre libre arbitre, en vous menaçant si vous osez contrevenir aux préceptes du clan.

Ma secte, tu l’aimes… ou tu la quittes… enfin, même si tu ne l’aimes pas, tu ne peux pas la quitter, on ne te laisse pas la quitter, et puis, si t’insistes, ben, tu vas bien douiller… On va te jeter dans les abysses, les oubliettes, le donjon bien dégueulasse, le gouffre des Mariannes, et jamais, jamais, tu remonteras à la surface, parce que sans nous, ta secte révérée, ben, t’es rien, ma grande…

Mais bien sûr ! Nous avons vraiment, absolument vraiment, besoin de confier nos vies à un groupuscule humanocide qui nous rend insipides comme des coquilles vides ?

Merci donc à cette BD d’utilité publique de venir nous éclairer sur les dérives sectaires qui écrasent entre leurs mâchoires d’hydres tant de personnes fragilisées par nos sociétés égotiques.

Entre dans ma secte…

Avec le concours de la MIVILUDES (Mission Interministérielle de VIgilance et de LUtte contre les DErives Sectaires), La Boîte à bulles donne un nouveau souffle à Dans la secte, son uppercut contre les sectes publié en 2005. Les sectes, un phénomène que certains voudraient rendre « in » avec ces pléthores de stars aliénées, ou cette chanteuse eurovisionnée et adoubée par un gourou ravagé, adepte des annonces grandiloquentes de clonage de bébés et de la pose de plume à votre cou, histoire de se rappeler quel degré d’intimité il a avec vous.

Évidemment, les gourous, dont le chant du cygne est un siège digne de Fort Alamo, mais sans notre inénérable Davy Crockett, les disciples afficionados des allumettes et des bidons d’essence, mais pas comme Lisbeth Salander, ou les Témoins lobotomisés, errant dans nos parcs publics, ou encore les familles enclavées, qui, dans l’intimité de leurs maisons-prisons louent les vertus du mariage cousinade, de l’éducation des enfants à coups de bâtons, voire des exactions criminelles en tout genre (assassinats, séquestrations ou expéditions punitives) illustrent avec plus de véracité la dangerosité latente de ces chantres du lavage de cerveaux.

Ah, oui, elle est belle la Famille qui empêche ses membres de ressentir la moindre émotion et traumatise ses gamins ! Ah, oui, elle est formidable la Moon qui vous marie dans un stade avec environ six cents autres couples ! Ah, oui, il est mirobolant le Temple qui vous pousse à vous immoler avec vos petits camarades dans une clairière ! Ah, oui, elle est mirifique la communauté qui vous donne en pâture à des déviants, vous exploite comme bête de somme ou vous considère comme un ventre fertile, et gare à vous, si vous l’ouvrez un peu trop !

Négation de l’être.

Ah oui, elle est génialissime la secte à la langue fallacieuse qui collecte vos secrets et les retourne contre vous, qui vous fait détester votre personne, qui vous broie sous son rouleau compresseur, vous avale, vous digère et vous recrache avec une telle efficacité que vous finissez par devenir à la longue l’ambassadrice la plus performante de la source de votre propre détestation !

Servante écarlate of course ! Numéro 6, levez-vous ! Vous prendrez bien une pilule pour votre Equilibrium (film sorti en 2002 avec Christian Bale notamment) ?

C’est ce qui est arrivé à Marion. Elle est tombée dans la toile de l’araignée scientologue. Les dessins de Louis Alloing, avec des noirs et des blancs qui mangent les personnages comme des ombres inquiétantes ou des éclats de lumière aveuglante, sont additionnés par des gammes bleutées, signées par Patrice Guillon (scénariste et coloriste), et transpirant le spleen sans idéal. Ces azurs, ces indigos et ces cyans résonnent comme une mélodie chromatomélancolique, et notons ces ombres inquiétantes sur la couverture qui menacent de submerger la pauvre Marion et pourraient rappeler le mythe de Faust.

Toutes ces nuances de bleus angoissants, imprégnés de désespoir, environnent tout, comme pour exprimer cette froide, lente et mordante dévoration des illusions de Marion.

Misérable insecte, du liquide et pas de chèque (référence à la chanson de Bambi Cruz, 1997)

« Tu vas voir, tu vas être transformée, Marion », c’est en substance ce que lui dit son super pote, rencontré de manière inopinée. Ben, voyons…

La force de Dans la secte réside dans sa façon minutieuse de décrypter clairement les mécanismes, les faux-semblants, le verbiage séducteur, les rouages complexes, mais inexorables, qui peuvent annihiler la volonté et l’estime de soi de n’importe qui !

Ne vous croyez pas à l’abri ! Il suffit de peu de chose pour que vous basculiez du côté obscur… et Maître Yoda, pour vous, ne pourra rien ! Une fois le doigt dans l’engrenage, une fois l’oreille sourde aux mises en garde de vos proches, une fois l’œil attiré par les slogans accrocheurs, une fois le cerveau endormi par le travail abrutissant et les discours rébarbatifs, alors, votre cœur intrépide devient moribond, et votre âme, lentement, mais sûrement, s’étiole comme la rose perdue sur sa planète et livrée au venin du serpent d’ombres.

Marion sombre sans le vouloir, et nous pourrions nous dire : « Je ne serai pas tombé dans le panneau, moi ! J’ai une plus grande force de caractère que ça ! »

Mécanismes pervers et invisibles

Mes agneaux, des recruteurs vous ont approchés sans que vous le sachiez ! Votre meilleur ami, l’une de vos bestas sistas avec qui vos fiestas endiablées sont mémorables, votre collègue avec qui vous partagez un bureau depuis sept ans, votre patronne, votre cousine globetrotteuse, votre voisine gardant vos enfants de temps en temps, votre propre père même sont déjà peut-être contaminés par le mal. Une gentille dame et un gentil monsieur leur ont confié un petit livre avec des lettres dorées sur la couverture. Évidemment, ce petit livre gangréné par des idées rétrogrades et avariées n’a rien en commun avec aucun livre saint digne de ce nom… Il a été revu et amendé de quelques subtilités syntaxiques.

Si vous n’y prenez pas garde, la lame de la manipulation mentale s’enfoncera doucement dans vos synapses saturées d’images médiaprémâchées, de débats stériles faisant la promotion des plus grands séparatismes et de consummation hashtag publicités subliminales et mondialisation tentaculaire.

Autant d’éradicateurs de toute pensée divergente, de toute rébellion contre les normes étouffantes ou de toute poursuite d’aspirations plus saines pour notre humaine satiété.

Dans ce cas, même la plus blindée des Wonder Woman, le plus gonflé à bloc des Hulk, le plus vaillant des Wolverine ou la plus badass des Catwoman, n’est pas certain(e) de résister à l’attraction gravitationnelle de la sectrou noir qui mange votre lumière intérieure aussi efficacement qu’un ver géant de la planète Dune avale des tonnes d’Épice.

Pour conclure

Dans la secte remontre le bout de son nez, et c’est tant mieux qu’elle ait été augmentée ! En effet, il est tout à fait opportun qu’elle soit additionnée de pages supplémentaires qui analysent précisément les mécanismes sectaires, les moyens de se prémunir ou de venir en aide à un proche que nous sentons pris dans les rets d’une secte et les coordonnées utiles pour prévenir, avant qu’il ne soit trop tard, car si Marion a réussi à s’extirper de ce nid vipérin, beaucoup d’autres, liés à jamais, prisonniers, même nés au sein de ces consortiums de négation de toutes les humanités, n’ont, hélas, pas cette chance.

Prenons garde à ne pas baisser notre vigilance, car ce ver grignote depuis trop longtemps notre petit caillou habité d’êtres intelligents qui s’entredéchirent et se dévorent entre eux, et il n’est pas le seul ver parfumé d’abomination en nos temps avides…

Alors, les gens, soyez impavides devant ces objecteurs de conscience, ces guides spirituels de bidet, ces coachs annihilateurs de volonté et aspirateurs de votre livret A, qui compensent leur inutilité évidente en essayant d’atomiser nos consciences rêveuses !

Vous pouvez toujours essayer pour voir, chères concrétions insignifiantes ! Nous ne nous laisserons pas faire !

Ne nous laissons pas faire ! Lisons, réfléchissons par nous-mêmes, et envoyons valser leurs discours-gouffres sans fond !

Dans la secte, de Patrice Guillon et Louis Alloing, La Boîte à bulles avec la MIVILUDES, 104 pages, décembre 2021

Florent Lucéa

florent lucéa 2021

Florent Lucéa a rejoint l’équipe Litzic. Il chronique pour vous les BDs qui lui ont tapé au coeur et à l’oeil. Peintre, dessinateur et auteur protéiforme, il apporte son regard à la fois curieux et pertinent sur ce que l’on nomme communément le Neuvième art. Il a été notre auteur du mois en mai 2019.
Depuis 2021, il dirige également la collection encre sèche des éditions Ex Aequo

Instagram
FB
Site

soutenir litzic

Retrouver Litzic sur FB, instagram, twitter

Florent

Florent Lucéa a rejoint l'équipe Litzic. Il chronique pour vous les BDs qui lui ont tapé au coeur et à l'oeil. Peintre, dessinateur et auteur protéiforme, il apporte son regard à la fois curieux et pertinent sur ce que l'on nomme communément le Neuvième art. Il a été notre auteur du mois en mai 2019. Depuis 2021, il dirige également la collection encre sèche des éditions Ex Aequo

Ajoutez un commentaire