[ NOUVELLE] ELSA DUSSERT, Subversion, texte inédit !

Dernière nouvelle inédite publiée avec l’accord de son auteure Elsa Dussert.

Le mois qui lui est imparti arrive bientôt à son terme, mais Elsa Dussert nous offre un ultime nouvelle qui a du chien! Nous la remercions chaleureusement pour nous avoir permis de les publier, ces nouvelles, car jamais auparavant elle ne les avait faites lire. N’hésitez pas à laisser des commentaires, c’est constructeur !

Subversion!

À Miami

Mais pourquoi??
Pourquoi moi?
Sérieusement.
Je ne crois pas vraiment en ces histoires de karma, mais si ça existe, ben pour le coup, le mien, il est sacrément … pourri!
Je n’ose imaginer ce que j’ai pu faire ou être dans une ancienne vie pour mériter un tel sort! Sûrement un énergumène déjanté du genre punk maltraitant son chien tiens!
Et puis, pour le réconfort….. Faudra repasser hein… Parce que bon…. La situation dans laquelle je me trouve n’est pas des plus confortables, loin de là!
La maison – si on peut appeler “ça” une maison – est dans un état!!
Impossible d’y maintenir un quelconque ordre.
Quant au ménage…. Je ne vous en parle même pas!
Moi, habitué au cadre, à la propreté, au luxe!
Quel écart!
Mais quel écart!
Figurez-vous qu’avant, ma vie n’était qu’ordre, élégance et distinction! Parfois seulement ponctuée de petits instants délicieux, qui se résumaient en de somptueuses réceptions pendant lesquelles je buvais : du champâgne!!!!!
Oui, oui!
Le champâgne!
Boisson des dieux!
La finesse de ses bulles, la délicatesse de son goût!
Ah!
Mes papilles gustatives frissonnent encore à l’évocation de ce succulent nectar!
Mon ambroisie à moi me transportait!
Je devenais alors objet de toutes les convoitises ; chacun y allait de son compliment, les regards mielleux m’enrobaient, les caresses me berçaient!
Tel un animal racé, j’étais choyé!
Que ce temps était doux!

Mais le voilà révolu. Et lorsque je ne supporte plus le rappel de tant de douceurs, je fuis!
Alors je traîne. J’erre comme une âme en peine, dehors. L’extérieur me paraît toujours moins bordélique.
Quoique!
Parfois, ici aussi, on frise l’apocalypse!

Enfin…
À présent je bois … de la bière!
Bien sûr il y a des bulles me direz-vous! Mais tout de même!
Voilà une boisson d’avantage … populaire!
Surtout que quand on en boit des bassines entières, le goût pourrait se confondre avec de la pisse (pardonnez ma vulgarité, le changement me guette!) qu’on ne verrait pas la différence!
Si vous saviez!
Le degré de déchéance que j’ai atteint l’autre soir!
Faut dire qu’il m’en avait servi une belle gamelle le pote (hou la! je peine à résister!)! Et puis comme ce soir-là c’était fête, j’avais mangé, que dis-je mangé, baffré!
Affamé qu’j’étais!
Oui car dans ma nouvelle vie, je ne mange plus à ma faim! Tout du moins, plus régulièrement.
Une vraie vie de chien!
Plus de rituel du dîner servi dans d’étincelants plats argentés, délicatement déposés sur mon tapis br…. Oh et puis merde tiens!
J’ai vomi, j’ai dégueulé mes tripes. Voilà!
(Ça y est, je suis foutu, grignoté par les vertus subversives de ma nouvelle ambroisie!).
Et puis ben pour une première cuite, elle a été belle! Ré-ta-mé le molosse!
Plus si molosse du coup…
Surtout après avoir roulé dans mon vomi….
Mais si j’en suis là c’est parce que ce prestigieux entourage dont j’étais si fier et dépendant m’a lourdé comme une vieille chaussette foutue!
Hop!
Du jour au lendemain, merci-bonsoir!
Oh cette errance des premiers jours!
M’a soulevé le cœur pendant longtemps…
Maintenant… Je bois de la bière! Par grandes lampées!
Ça soulage.
C’est subversif même!
Moi, le parfait-propre-sur-lui-rien-qui-dépasse : je bois des litres de bière!
C’est le pote, il se nourrit à ça lui! Alors il me nourrit avec.
Parfois il se rappelle ce que je suis, et il me file un p’tit truc à bouffer.
Sympa le pote!
Les gens me r’gardent avec pitié, je les vois bien.
Mais s’ils savaient!
Ma vie d’avant, aseptisée!
Ma vie de maintenant, déjantée!
J’me paye des bonnes tranches de rigolade!
Adieu les règles, les contraintes, la bienséance!
Une vie on en a qu’une, dont on se souvient en tout cas.
Alors…
Je cesse de lutter.

Chien de punk je suis, chien de punk je resterai!

Ce texte “Subversion” est publié avec l’aimable autorisation d’Elsa Dussert.
© Elsa Dussert– tous droits réservés, reproduction interdite.

ELSA DUSSERT subversion

ptr

Liens utiles :

son compte FB
Sa page FB
Son autre page FB
Trouver son recueil Ô! bonheur des maux ICI

 

Retrouvez le portrait d’Elsa Dussert ICI
Découvrez une autre nouvelle d’Elsa Dussert, Sacrée Truite
Découvrez une autre nouvelle d’Elsa Dussert Faits réels

Lire la chronique de son recueil Ô! Bonheur des mots.
Découvrir son travail en cours.
Découvrir l’interview d’Elsa ICI

Ajoutez un commentaire