22-29, le tour de force des émotions, de Porij à JJH Porter

Nouvelle sélection du vendredi 16 septembre

Navigation, sans filet, dans des expressions mises à nu, de façon forcément inventive et novatrice, mais également inspiré des grandes mouvances de jadis. Ici, les artistes expriment ce qu’ils ont sur le cœur de manière totalement honnête, parfois pudique, parfois plus brutal, mais toujours viscéralement en rapport avec ce que leur âme renferme. Cette sélection 22-29 pourrait fort bien vous surprendre, et vous émouvoir, par le rire parfois, par la mélancolie d’autres fois. Mais toujours avec panache !

22-29 PorijPORIJ

Il y a dans Outlines comme un arrière-goût de rêve. Au réveil de celui-ci, les frontières se brouillent entre réalité et songes. Cela se traduit par ce clip, à la limite des paupières closes et de l’éveil, mais également dans cette musique où les rythmiques se bousculent, semblent se chevaucher lorsque la voix apparaît dans une sorte d’espace temps légèrement décalé.

La musique se fait intelligente, cérébrale, mais dégage un sentiment viscéral, animal, qui contraste avec les apports électroniques. Entre deux technologique et corporel, Outlines nous étourdit par cette capacité à nous accrocher par l’oreille et par le cœur. Sensible et ardent, il peut plaire à tout type de public, sans jamais sombrer dans un consensuel malvenu. Superbement produit, il évoque, pour nous, un peu de ce que l’électro peut proposer de meilleur. Sublime.

TWO FACES

Jet Stream est un morceau noir, et paraît sans doute soudé aux ténèbres et à une forme de dépression. Pourtant, il s’avère contre toute attente vibrant de vie. Le caractère viscéral de la musique, couplé à ce chant inspiré, très rock dans l’âme, mais dégageant un aspect pop par la fulgurance de sa mélodie, nous saute littéralement aux tympans. L’électronique très sensible du groupe se pare d’un rock tendance dark wave des plus seyants. Résultat, le titre va droit au but, dégage une émotion tout feu tout flamme, marque une forme de désespérance que vient contredire l’engagement du corps (de la voix donc) et des instrumentations. Car finalement c’est le feu de la vie qui nous terrasse sur ce titre d’apparence révolté, mais plein de sensibilité.

LUCY

Si le début de Ta Star sonne dans une veine dreampop et synthpop, elle dérive progressivement vers un titre plus mordant et rock. Cette évolution suit un texte un peu acide, d’une femme qui se perd peu à peu pour plaire à sa moitié, ou à cette personne qui se prétend comme telle. En effet, elle s’engage dans une voie qui n’est pas (totalement) la sienne, dans le simple désir de plaire, quitte à brouiller les repères de cette jeune femme. L’univers développé ici gagne donc en puissance, s’échappe d’un titre romantique commun et convenu pour creuser un peu plus profondément l’exploration des sentiments. Lucy, dont les précédents titres sont restés relativement confidentiels, pourrait fort bien faire éclore son talent en plein jour dans les prochaines semaines.

KOUDLAM

Aspect étrangement lofi de la voix sur fond de motif au clavier, Old feeling réveille le nôtre par son caractère mélancolique, par son caractère minimaliste qui pourtant porte en lui une émotion qui ne cesse de croître au fur et à mesure des secondes qui défilent. Parfois, il en faut peu pour nous émouvoir, et Koudlam parvient ici un véritable tour de force en imposant sa sensibilité avec une retenue pleine de pudeur qui transparaît dans ce chant fragile, à fleur, et dont l’approximation relative et contrebalancée par le feu ardent d’une passion dévorante. Impressionnant de justesse. Et de force. On adore !

GADGET

Facile est tout sauf facile. Naviguant dans un univers plutôt pop, le groupe s’extirpe des convenances en proposant un mélange habile de rock, d’électro et donc, de pop. La ligne de chant est ultra efficace, le rythme nous entraine très vite dans sa frénésie rock. Impossible de rester de marbre avec ce titre des plus efficaces, direct, évoquant un peu la musique des années 90, sans pour autant piocher dans des références mille fois entendues. Le pari est donc réussi et nous attendons avec impatience les autres singles de Gadget (Facile est le premier, nous l’espérons, d’une longue lignée).

OTTIS COEUR

Nouveau titre du duo de super nana Ottis Coeur. Ce mélange de rock et d’attitude punk fait une nouvelle fois mouche. Labrador met en opposition deux opinions de la vie de couple. C’est drôle, un peu piquant, et surtout montre à quel point deux membres d’un couple peuvent être sur des lignes discordantes. Musicalement, on navigue entre du pur punk rock et un aspect pop qui ressort de la ligne de chant totalement accrocheuse, donc géniale, car derrière une presque naïveté elle pose un texte millimètre. Bien joué !

ANTES ET MADZES

On aime les groupes qui savent ne pas se prendre totalement au sérieux. C’est le cas de ce clip et titre du duo Antes et Madzes. En effet, Il reste qui, sous forme de court-métrage, impose l’image de deux losers qui, soudainement, gagne une grosse somme à un jeu de grattage. L’occasion pour eux de remettre à l’honneur ce groupe de loser, ces rockeurs qui font de la musique sur l’ordinateur, ces rappeurs qui jouent des guitares électriques. Second degré donc, sur un texte qui relate, avec une honnêteté certaine, les aléas et turpitudes de la vie des « petits » groupes. Drôle, certes, mais surtout plus fin (et le texte et la musique y contribuent grandement) qu’il peut y paraître au premier abord.

JJH POTTER

Voici exactement le genre de chanson pop que l’on aime. Une voix vectrice d’émotions, qui reste contenue dans un bel écrin de piano. Il y a une certaine noblesse qui apparaît ici, une élégance presque folk, renforcée à la fois par les choeurs sur un refrain sobre mais touchant ainsi que par une base rythmique doucement entrainante. Ici, tout est dans le raffinement, inspiré par les aînés mais très personnel dans l’âme. Autrement dit, un beau coup de cœur, tout en délicatesse.

BONUS

On ne présente plus Phoenix. Mais on présent son dernier clip en date, Tonight (feat.Ezar Koenig). Ça reste du Phoenix, mais toujours avec ce petit élément qui fait que leur musique se régénère, évolue. Irréprochable au niveau du son comme des mélodies, c’est encore du travail très très bien fait, pour un groupe aujourd’hui, comme hier, et probablement comme demain, incontournable.

Patrick Béguinel

soutenir litzic

Pour faire en sorte que litzic reste gratuit et puisse continuer à soutenir la culture

Nous retrouver sur FB, instagram, twitter</stron

Ajoutez un commentaire