MAHRK GOTIÉ Les invraisemblables aventure de Monsieur Tout Le Monde

Retour sur la chronique du premier roman de Mahrk Gotié, notre auteur du mois dont vous pouvez retrouver la nouvelle Toc Toc ICI.

Cynique, drôle, féroce, étrangement lucide, improbable, tels sont quelques qualificatifs susceptibles de vous mettre l’eau à la bouche à l’idée de lire Les Invraisemblables Aventures De Monsieur tout le Monde (IS Edition), premier roman de notre auteur du mois Marhk Gotié.

Sa femme le gonfle, ses enfants le gonflent, son job le gonfle, bref, sa vie toute entière le gonfle. Mais sans être tombé, par hasard, sur le cd de sa fille , un Marilyn Manson, en résidence dans l’autoradio, Monsieur Tout Le Monde n’aurait jamais eu le déclic de tout quitter pour enfin se libérer de ses entraves. C’est maintenant chose faite. Il largue tout et tout le monde, prend son fric et part avec des punks, croisés lors de la première date de la tournée dudit Marilyn Manson, à bord de leur camion décoré de croix sataniques rouges et tout le bastringue.

Tel est le postulat de départ des ses invraisemblables aventures qui le conduiront, entre autre, à croiser un couple de pervers, une pute, et à jouir des plaisirs de la vie en tout genre (sexe drogue et rock n roll quoi).


Si le sujet peut paraître mâché remâché re-remâché, mâché jusqu’à la corde etc… le ton utilisé par Marhk Gotié nous ravit. S’il n’est pas sans évoquer le côté cru et sans concession d’une Despente, il utilise le cynisme comme une arme de destruction massive. C’est corrosif, ça gêne aux entournures, mais, avouons-le, nous en redemandons !

Son personnage de Monsieur Tout Le Monde possède un humour ravageur, à la fois pourri mais à se pisser dessus, possède la clairvoyance propre aux toxicos et/ou alcooliques, ce qui aide le bouquin à décoller à des moments où le rythme paraît s’engourdir.

Même si Monsieur Tout Le Monde est le pire spécimen d’homo sapiens sapiens qu’il nous ait été donné de croiser ses derniers temps, il nous paraît presque instantanément sympathique. Oui, nous autres, hommes de peu de foi, parvenons à comprendre le pourquoi du comment de cette improbable destinée et nous lui pardonnons ses errances tant il nous fait nous sentir meilleurs hommes que lui. Presque des saints, en quelque sorte.

Marhk Gotié possède cette faculté de nous faire accepter les déviances de son personnage car il vise juste : en tirant des conclusions sur le monde qui est le notre aujourd’hui, monde fait de consumérisme à l’excès et de relations kleenex, où la quête de plaisirs et de liberté se mêlent à l’incompatibilité de ceux-ci avec les obligations parentales et/ou maritales, il utilise le deuxième degré pour nous faire prendre conscience d’où nous en sommes dans nos propres existences.

Bien entendu, il faut voir tout cela du côté de la farce grotesque et non tout prendre au pied la lettre. Le trait volontairement grossit, mais avec subtilité, fait qu’il est bon de se faire prendre au piège de cette histoire qui part en sucette dès les premières lignes.

Lucide sur la vie de son anti-héros, qui au final (en deux parties, le final, une « happy-end » à l’américaine et la « end » véritable que vous pouvez, ou non, décider de lire) se fait bien niquer sa race, Les Invraisemblables Aventures De Monsieur Tout Le Monde nous rassurent : évidemment, il y a pire raclure que nous. Amen !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.