[ ALBUM ] RONE, Room with a view, laisser entrer la lumière

Room with a view, cinquième album de Rone (disponible chez InFiné).

Rone n’est pas un novice. Producteur connu et reconnu de la scène électro, il revient avec un cinquième album lumineux et conscient. Room with a view ouvre des perspectives, autant musicales qu’émotionnelles, en 13 titres instrumentaux, aériens et organiques.

Un album magique.

Nous aimons Rone. Au moins, cela a le mérite d’être clair d’entrée de jeu. Nous avions découvert son travail relativement tardivement, par le jeu du hasard et surtout par le titre Bora (vocal) sur lequel Alain Damasio, auteur SF prête sa voix et son texte. Ce morceau nous avait terrassés de par ses paroles mais également par le spleen qu’il dégageait (vous pouvez l’écouter/le voir ICI). Depuis cette révélation (datant d’il y a 3 ou 4 ans), nous faisions attention aux sorties de Rone. Ce cinquième album, nous nous sommes précipités dessus, et nous n’avons pas été déçus. Pas du tout.

Musicalement, l’univers électro de Rone possède des atours terriblement séduisants. Nous n’entrons pas dans une électro du genre techno, à base de gros beats cinglants. Non, l’électro de Rone est douce. Elle est chaude. Elle est organique. L’art du son du musicien est sa marque de fabrique, son empreinte, comme la voix d’un Mick Jagger peut être celle des Rolling Stones (on vous l’accorde, avec la guitare de Keith Richards). Room with a view ne se démarque pas de cette caractéristique qui lui est propre car nous retrouvons des sonorités toutes en angles, qui épousent la forme de nos oreilles, de nos cœurs, de nos âmes.

Dansant, trippant…

Pour autant, la musique de Rone, si elle ne s’apparente pas à de la techno, n’en demeure pas moins dansante, entraînante. Sur Room with a view, elle nous permet, en ouvrant une fenêtre mentale, de nous échapper du confinement par la puissance évocatrice qui en émane. Nous voyons ici un vol d’oiseau marin au-dessus de la mer, l’exploration d’une planète lointaine, peut-être fleurie, mais colorée quoiqu’il en soit. Nous y voyons une nature, sauvage, un univers loin, paradoxalement, de toute technologie et de tout ce qui va autour (villes bourdonnantes d’activités schizophréniques, univers de silicium et de metal, monde d’écrans interposés…).

Pour nous, la musique de Rone a un corps, une identité. Elle n’est pas que son, elle est aussi une âme, et les quelques passages parlés, des captations de dialogues, tendent à prouver ce que nous venons juste de dire. Il y a une éthique, un vrai discours, mais qui s’exprime ici majoritairement par la musique, par des superpositions/extractions/arrangements de données sonores. Il en résulte une cohésion forte, puissante, qui gonfle nos sens et nous réveille d’une torpeur généralisée par on ne sait qui.

Un album qui porte bien son nom.

C’est vrai que cet album ne nous ment pas. Imaginons un instant que nous soyons assis là, au milieu d’une pièce aveugle, de, mettons, 12m². Au sol, du parquet. Les murs sont blancs. Nous sommes assis au centre de celle-ci. Et la musique se déverse dans la pièce, d’on ne sait où. Immédiatement, l’impression que nous avons, c’est que le mur face à nous s’effacerait totalement pour nous proposer une vue sur une prairie balayée par le vent, au printemps, alors que la nature reprendrait ses droits après avoir hiverné.

Cette vue est purement mentale. Mais elle est aussi palpable, concrètement, à travers les 13 titres de Room with a view. Et il s’agit là d’une magie puissante, une magie blanche, une magie qui fait du bien, qui nous réveille, qui exacerbe nos sens à s’enivrer de senteurs, de couleurs, de touchers. Rone est un sorcier. Un sorcier de l’électro, certes, mais un sorcier des sens. Il transcende la musique pour nous offrir une exploration intime de ce que renferment nos pensées. Il nous permet d’exprimer nos aspirations profondes, même de façon muette. C’est-à-dire qu’il nous met un peu face à nous-même, à ce qui nous anime profondément.

Vous nous direz que nous faisons un peu trop nos fans ? Eh bien, même pas. Cet album est un feu d’artifice de sensations, un moment suspendu où les émotions s’entrechoquent, belles et positives, ou parfois plus mélancoliques. Et c’est tout ce que nous demandons de la musique, qu’elle nous transporte. Ou qu’elle nous ouvre une fenêtre sur autre chose que notre quotidien. Pari réussi haut la main pour ce cinquième album envoûtant.

rone room with a view

Site officiel Rone

NB (communiqué de presse): Room With A View est un véritable tournant dans la carrière de l’artiste français. A partir d’une carte blanche que lui a proposée le Théâtre du Châtelet, Rone a conçu cet album autour d’un spectacle mis en scène et chorégraphié par le Collectif (LA) HORDE, accompagné de 20 danseurs du Ballet National de Marseille. Cette nouvelle forme de collaboration lui a permis d’explorer ce qu’il y avait de plus sincère et de plus profond dans sa musique. Nourri des débats autour de la collapsologie et du changement climatique, “Room With A View” donne matière à penser l’une des plus grandes urgences de l’humanité.

Revoir la vidéo de Human

Ajoutez un commentaire