[ ROMAN ] ARNAUD DELPORTE-FONTAINE, Erreur 404

Erreur 404 « La vérité est radioactive » d’Arnaud Delporte-Fontaine.

Voilà un roman (relativement bref) comme nous les aimons. Noir, irrévérencieux, férocement drôle, politiquement pas très correct, franc du collier, poétique (et nous en oublions certainement). Arnaud Delporte-Fontaine se glisse dans la peau du Défroqué pour nous narrer, dans Erreur 404, la chute du régime instauré par un président dictateur frappadingue. Comme il convient de dire en de pareilles occasions, toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé est purement fortuite… Vraiment ?

L’histoire.

Tout se passe dans un futur plus ou moins proche (enfin nous l’interprétons ainsi puisque l’histoire se déroule dans les années 2000 et quelques). La France, désormais rebaptisée la Fange par un peu tout le monde (et aussi par la communauté Européenne), est un État dirigé par un président monarque ayant été élu par près de 70 % d’abstention.

Entre sa folie des grandeurs et l’extension du parc nucléaire français, tandis que les autres pays de l’Europe ont eux opté pour une énergie verte, il règne sur un pays devenu dictature, ou la délation s’impose sous les coups de force d’une milice rappelant à s’y méprendre la Gestapo.

Oui mais voilà, un homme résiste. Alfred, pisse-copie pour un canard ayant ses locaux là où furent jadis installés ceux de Charlie Hebdo (parce que le loyer n’y est pas cher), écrit une chronique politiquement incorrecte sous le pseudonyme du Défroqué, chronique tirant à boulets rouges sur « le Tartuffe » de l’Élysée.

Tout suit plus ou moins son cours, entre beuveries, parties de jambes en l’air avec des Belles de nuit et papiers au vitriol jusqu’à l’explosion (terroriste dixit Le Tartuffe, du fait des arabes, toujours dixit ce même personnage) de la centrale nucléaire de Nogent-sur-seine. Paris devient une zone contaminée et hautement radioactive. Mais de cette zone, un billet du Défroqué pourrait bien mettre le feu aux poudres.

La plume.

Avec ce roman que l’on pourrait presque définir comme satirique, Arnaud Delporte-Fontaine nous décrit les dangers de l’abstention… Naaaan on déconne (même si ce thème est bel et bien présent et nous rappelle un gimmick des (feu) Guignols de l’info : ne pas voter peut provoquer un président grave). En fait, ce bouquin est une énorme farce, une pantalonnade des plus jouissives ! On y suit le parcours d’un Gaulois réfractaire (merde on a dit que toute ressemblance etc.) qui, sous la férule de sa plume, refuse de se plier à la loi imposée par un président despotique et mégalomaniaque, ami des banquiers et des plus riches de ses (con)citoyens.

C’est vrai, ça sent le bon roman punk, ou anar, et c’est vrai que ça y ressemble, si toutefois une plume peut être définie de punk (après tout, les plumes sont le ramage des phoenix de ces villes, les pigeons). Si elle ne peut être définie ainsi, nous pouvons en revanche dire que ce qu’elle révèle est profondément irrévérencieux, provocateur, détonateur également de toute bonne pensée judéo crétine et qu’elle risque bien de déranger aux entournures tous ceux qui l’ont sage et maniéré (la pensée, et la plume aussi puisqu’on y est). Poil à gratter à la fois hilarante et poétique (de cette poésie du caniveau riche en envolées lyriques et éthyliques), elle survole ce roman tout à fait politiquement incorrect.

L’auteur.

Arnaud Delporte-Fontaine y écrit comme on parle quand on soutient, contre vents et marées, tels de vaillants piliers, le bar des sports de notre patelin. Le langage ne s’embarrasse pas de fioritures et arabesque dégoulinantes de léchage de cul (made in intelligentsia parisianno-parisienne) mais un langage des petites gens, qui en ont marre d’être placé en dernière position sur la cordée (merde on avait dit que toute ressemblance etc.) ou en roue de secours de la cinquième roue du carrosse. Nous pourrions presque y lire, vite fait, comme ça, un langage gilet jaune de haute volée.

Parce que oui, si le ton est volontairement rentre dedans, plein de gouaille, familier et tout ce que vous voulez, il n’en demeure pas moins qu’Arnaud Delporte-Fontaine sait où il mène sa barque. Et il le fait à merveille. Erreur 404, La vérité est radioactive, est un roman qui met un bon coup de pied au cul, qui nous rappelle deux trois vérités qu’il ferait bon de ne pas oublier sous peine que Jupiter (la planète, pas le tart… notre président de la république) nous tombe sur la tête.

Une comédie ? Un roman d’aventures ? Erreur 404 brouille les repères.

Entre roman d’aventures post-apocalyptique, comédie grinçante et prise de conscience citoyenne, ce bouquin fait un bien fou par sa sincérité mauvaise esprit (esprit Charlie Hebdo, Hara-Kiri, Groland on en oublie, mais tout ce qu’on aime quoi!). En tout cas, nul ne pourra reprocher à Arnaud Delporte-Fontaine de ne pas dire tout haut ce qu’il pense tout bas ! Même si, nous le savons, il ne faut jamais confondre l’auteur et ses personnages (ce qui est quand même rudement difficile dans le cas présent).

Litzic recommande donc hautement Erreur 404 à tous ceux qui portent des œillères (et putain, ils sont nombreux!). Et n’oubliez pas, ne pas voter peut provoquer un président grave (et voter n’importe comment, pour un banquier par exemple (même si toute ressemblance etc.), aussi).

erreur 4040 arnaud delporte-fontaine

On pense à Images de la fin du monde

Nous retrouver sur FB, instagram, twitter et Tipeee

Ajoutez un commentaire