THE KVB Only now forever

Atours new-wave, rythmes électro, le tout noyé dans un velouté de brouillard réverbéré, The KVB nous livre Only now forever, un album hypnotique et addictif, qui donne autant envie de danser que de se plonger en nous-même.

Malgré le fait que la new-wave ait tendance à nous faire fuir d’ordinaire, The KVB réussi le pari fou de nous captiver et de nous maintenir en alerte 12 titres durant. Il faut dire qu’ils sont aidés en cela par une entame de disque renversante, rythmée, servie par une rengaine aisément mémorisable qui ne nous quitte pas même une fois le disque terminé.

Bien entendu, cela ne fait pas tout. D’autres raisons nous poussent à rester bien au chaud, casque sur les oreilles pour écouter se dérouler l’album sans qu’aucune lassitude ne survienne. Ces raisons sont simples et pourtant si compliquées à mettre en place concrètement, à savoir accoucher de mélodies tout de suite identifiables, de les rendre absolument irremplaçables sans tirer sur toutes les vieilles ficelles usées.

Dans Only now forever, la magie opère avec peu d’éléments : des lignes de chant en parfait équilibre, des arrangements arrivant par petites touches successives pour nous surprendre et éveiller sans cesse notre curiosité, et enfin des compositions puissantes. Autre chose aussi, pas négligeable du tout pour que la sauce prenne : avoir une signature auditive cohérente, personnelle, forte, ce qui est assurément le cas de ce disque. Elle laisse une empreinte indélébile apportant une assise solide sur l’ensemble de l’album.

Cette signature repose en grande partie sur les tonalités des synthés utilisés par le duo. Elles contribuent à apporter à l’ensemble des titres un parfum légèrement rétro, évoquant une certaine idée du disco, que nous ne retrouvons absolument pas au niveau des rythmiques et des programmations (elles sont vraiment électro, pas disco). Cette spécificité conduit à rendre l’ensemble percutant, mélangeant deux styles pour en créer un troisième, celui de The KVB.

Les compositions tiennent évidemment la route de façon magistrale. Elles lient l’ensemble pour qu’aucun temps mort n’apparaisse. Nous sommes surpris quand, au détour d’un titre, un soupçon de blues s’immisce au travers du chant, apportant un impact fort et mélancolique. Nous ressentons cela à quelques reprises, subrepticement, ce qui nous met la chair de poule tant l’emprise sur nous est forte. Le duo sait varier les plaisirs, ce qui ne peut que nous contenter.

Ce groupe maîtrise à merveille son style et ne manque ni de nous ravir ni de nous surprendre à chaque nouvelle écoute, ce qui nous fait penser que The KVB n’a définitivement pas fini de faire parler de lui.

Soyez-en avertis !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *