NAMDOSE Premier album Namdose

namdose-premier-album-chroniqueFusion des groupes BRNS et Ropoporose, Namdose propose une fusion des genres pour son premier album.

Math-rock, rock progressif, scansion punk, accroche pop, le groupe nous fait découvrir son univers, explosif, mélodique, brûlant. La chronique à 200 à l’heure, comme cet album éponyme réussi.

Un peu d’histoire.

Les groupes BRNS (BraiNS) et Ropoporose se sont rencontrés dans le cadre des festivals les Nuits du botanique et Rockomotives. Ces deux entités désiraient voir se combiner l’énergie des deux groupes au sein du projet réunifié capable de proposer un répertoire composé en un temps réduit. Ainsi naquit Namdose, être hybride à 5 têtes. L’envie commune de faire sauter les barrières, celles des groupes comme celles des musiques leur étant propre, permet à ce projet prévu à l’origine comme éphémère de perdurer et de proposer ce premier album.

Super groupe ?

Ce que propose Namdose pourtant ne s’apparente pas à un collage grossier entre deux identités. Ce qui existe à l’image des supergroupes, à savoir deux noms forts qui s’associent pour redonner une énergie à des carrières souvent en dents de scie, n’est ici pas de mise. En effet, la musique produite par Namdose est une furieuse re-création de style, empruntant tantôt à BRNS (renversements, cassures) et à Ropopoprose (l’aspect mélodique des ritournelles), le tout s’assemblant à merveille autour du concept math-rock/pop de Namdose.

L’album.

Namdose, l’album déjà disponible chez Yotanka), nous propose six titres survitaminés desquels n’émerge aucun déchet. Au contraire, une alchimie dingue se dégage de ses trente minutes et quelques. Si nous retrouvons les codes du math-rock et du rock progressif, à savoir une certaine forme d’insolence quant à la sacro-sainte structure couplet/refrain de base et des compositions alambiquées, ceux-ci se combinent à une approche mélodique très pop, souvent porté par la voix de Pauline Bernard.

namdose-chronique-album-musique
credit_Manou_Milon

Pourtant, les voix masculines sont tapies, pas très loin, évoquant parfois une éructation punk nous rappelant, dans la production sans fard et l’énergie, celle d’un Efrim Manuel Menuck (thee silver mt zion memorial orchestra). Quand elles sont plus pop, elles nous rappellent celle, habitée, de Win Butler (Arcade fire époque Funeral). Le côté mélodique n’est jamais sacrifié au profit d’un déferlement d’énergie, non ! Et c’est justement ce côté contenu qui donne autant d’impact à la musique du quintet.

Celle-ci est composée de guitares électrique, de batteries puissantes mais pas plombées car le groove qu’elles dégagent est tangible, de claviers qui reviennent en boucles obsédantes. Les changements de rythmes affirment le dynamisme généré par les tempos de base. Quand, sur un titre comme Fast, le morceau démarre de façon tranquille, les arrangements donnent le change et apportent une couleur plus pastorale à l’ensemble, sans pour autant que l’énergie se trouve en rade sur le bas côté.

Au final.

La maîtrise instrumentale est totale, sans que cela ne soit démuni d’âme. Les bons techniciens ont parfois tendance à en manquer, ce qui n’est absolument pas le cas chez Namdose. Au contraire, il est dur de croire que deux groupes sont ici soudés par contrainte. Non, il est soudé par une envie commune de faire une vraie bonne musique, motivée par des inspirations (aspirations?) communes, au point que Namdose ne soit pas un supergroupe, mais un hypergroupe, qui a su effacer deux identités pour en créer une troisième, forte, originale, sans frontières.

Nous ne saurions dès lors que conseiller cet album aussi puissant que léger, aussi incandescent que mélodique à tous ceux qui ont soif de renouvellement. Namdose apporte effectivement un vent de fraîcheur associé à une qualité de composition/production très fine. Il ne reste plus qu’à découvrir le groupe sur scène (voici quelques dates, dont celle au festival ArtRock que nous couvrirons pour vous). À ne manquer sous aucun prétexte si Namdose passe près de chez vous !

18/04 : Le Printemps de Bourges – Bourges (18)
01/06 : Fête de l’Ilot – Dunkerque (59)
08/06 : Festival Art Rock – Saint-brieuc (22)
09/06 : Aucard de Tours – Tours (37)
27/06 : Fusion Festival – Berlin (DE)
12/07 : Dour Festival – Dour (BE)
14/07 : Festival Décibulles – Neuve-Eglise (67)
18/07 : Les Vieilles Charrues – Carhaix (29)
27/07 : Blue Bird Festival – Ohey (BE)
23/08 : Check In Party – Gueret (23)

 

autres groupes progressif ? Lingus et Shuffle

2 pensées sur “NAMDOSE Premier album Namdose

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.