SBRBS, premier EP à paraître à l’automne

SBRBS EP chronique

©_Guillaume_Magré_Guïlberto

SBRBS, premier EP 5 titres à paraître à l’automne.

Si vous êtes de Saint-Brieuc ou des environs, vous avez forcément eu vent d’un groupe nommé The 1969 club. Il faut dire que le trio ne laissait pas indifférent avec sa fougue juvénile et son énergie communicative. Mais comme beaucoup d’autres groupes de cette époque (Wankin Noodles, The bird is yellow etc…), il fallait muer. Ainsi The 1969 club se transforma en SBRBS. Et c’est tant mieux !

Tout jeune.

Le groupe est tout jeune, du moins sous ce nom. En effet, les trois membres de SBRBS ont utilisé ce nom pour la première fois, en public, lors de leur tournée d’octobre dernier. Et dire que leur identité s’est propagé comme un feu de forêt en été n’est pas exagéré. Déjà fort d’une expérience certaine, d’une présence scénique habitée sous leur ancien patronyme, la voie était toute tracée vers la scène B d’ArtRock que SBRBS investira le samedi 8 juin à 22h30.

Mais quid de leur musique ?

Nous allons rompre le suspens insoutenable qui vous tiraille certainement, tout comme il nous tiraillait avant écoute de leur démo (l’EP n’est pas totalement finalisé) à paraître à l’automne : musicalement, ça tient méchamment la route ! Nous y trouvons une accroche pop non dissimulée. Celle-ci se ressent instantanément. Elle pourrait se traduire par cette capacité qu’a le trio à nous offrir des lignes de chants imparables, le tout basé sur des mélodies facilement assimilables.

Pourtant, il n’y a rien de facile là-dedans. Les compositions sont riches, variées dans leurs structures et leurs tempos. En outre, leurs morceaux bénéficient, énorme point positif, de cette forme d’évidence qui nous dit que nous sommes en présence d’un groupe qui a su digérer ses influences. Le résultat est que nous avons à faire à une musique à la fois dans l’air du temps, moderne, mais qui pour autant ne renie pas ses origines.

Si l’aspect pop est évident, c’est bien rock que se veut SBRBS.

C’est un fait indéniable, SBRBS possède une signature sonore qui nous fout les poils. Rock, certainement, mais lourd, heavy, sans aller jusqu’au hard rock pour autant. Non, grosse basse, distorsion, guitares aux riffs acérés, voix et choeurs au diapason, aucune fausse note ne se fait ressentir au long des 5 titres de la démo. Et surtout, malgré un son mastoc, aucune lourdeur n’est présente, notamment parce que les voix sont distinctes et portées vers l’avant.

Il y a quelque chose des années 70 dans leurs sonorités. Mais également quelque chose de plus récent. On pense à The Kills, au White Stripes, mais également à des choses plus anciennes et mythiques, Led Zep en tête. Des aînés SBRBS retient la fraîcheur de la surprise. De ses contemporains une capacité à noyer les influences dans sa propre esthétique.

Sur scène.

Il ne fait aucun doute qu’il faut voir SBRBS sur scène pour apprécier à sa juste valeur l’énergie du groupe et son savoir-faire. Ils auront, le 08 juin, la chance de passer derrière Delgres dont l’univers n’est pas trop éloigné (bonne énergie, son blues puissant). Cette cohérence dans la programmation devrait être un plus pour ce show que nous espérons à la hauteur de nos espérances (et de nos souvenirs avec The 1969 club). En tout cas, nous serons sur place pour vous faire partager ce moment !

Suivre le groupe sur FB
Retrouvez la programmation d’ArtRock

Comments (1)

  • ART ROCK Le debrief de cette 36éme édition - LITZIC

    […] d’écouter les disques des artistes bretons présents lors de cette édition, à savoir SBRBS et Skøpitone Siskø (elle a également en charge le groupe Buck). Merci également à Buck que […]

    Reply

Ajoutez un commentaire