SERATONES Deuxième album prévu fin août !

seratones gotta get to know yaYeah !

Très bonne nouvelle ! Nous apprenons aujourd’hui le retour de Seratones aux affaires courantes. Si vous ne connaissez pas ce groupe rock/soul made in 70’s, avec un sens du groove puissant, une voix absolument parfaite, vous pouvez toujours vous rattraper avec Gotta get to know ya.

Comme nous sommes sympas, et comme nous avions adoré leur premier opus, nous allons vous (re)publier la chronique faite à l’époque (à voir ci-dessous). Quant à Gotta get to know ya, sachez qu’il annonce la sortie, le 23/08 chez New West records, de leur nouvel opus Power.

À quoi nous attendre ?

Inutile de préciser que le disque portera forcément son nom à l’écoute de ce premier single reprenant peu ou prou les choses où le groupe les avait laissé, notamment avec cette basse démentielle et cette énergie communicative. Néanmoins, le son y est moins rugueux et laisse apparaître plus de soul que sur Get Gone.

Pour le reste, Haynes (la chanteuse) dit ceci de l’album : « Avec cet album, je savais que je voulais vraiment puiser dans le panthéon de la musique soul.La soul est la musique sur laquelle j’ai dansé avec ma mère dans la cuisine. C’est elle que j’écoute sur mon tourne-disque en rentrant à la maison le soir. La situation est vraiment exacerbée, effrayante et accablante dans ce pays à l’heure actuelle, et le retour à la musique soul était un moyen de recréer un semblant de confort et de sécurité dans ce contexte. »

Et le groupe parvient à exorciser les démons de l’ère Trump de la plus belle des manières avec Gotta get to know ya, avec panache !

Site officiel Seratones

Vous aimerez peut-être Ala.ni

Retrouvez la chronique de Get Gone leur premier LP ci-dessous !

seratones get goneC’est un matin comme tant d’autres : réveil difficile, paupières lourdes et gonflées de sommeil en retard, humeur de chien… La totale mais vous y êtes habitués. Vous vous dites qu’un bon café, bien noir, bien serré, vous tirera des limbes et du brouillard de ce petit matin, mais rien n’y fait : vous avez la tête dans le cul et rien ni personne ne pourra changer cet état de fait.

Mais, en êtes-vous si sûrs ?

Pour commencer, dirigez-vous vers votre chaîne, glissez Get Gone des Seratones dans la platine et là ! Déflagration d’une guitare aux riffs acérés, une voix puissante et une batterie monstrueuse d’efficacité rock n rollesque viennent vous cueillir, tel un uppercut de Mohamed Ali, quelque part entre le bol de corn flakes et le caca du matin.

Déjà, vos poils se hérissent sur vos avant-bras, vos cheveux headbanguent d’eux-même et vos jambes, votre tronc, tout se met à osciller, à bouger, comme si ces mouvements étaient indépendants de votre esprit et de votre volonté.

Déflagration !

Il faut dire que les Seratones s’en donnent à cœur joie. Leur rock, teinté de blues et de sonorités 70’s a tout pour plaire ! La voix de A.J Haynes est puissante, chaude, c’est un feulement gorgé de trémolos qui dynamise à merveille des compos très remuantes.

Ici, tout n’est que question de riffs, de martèlements de fûts pachydermiques, de bonne humeur aussi (pas de place aux larmes, ici, c’est le rock qui domine de toute sa splendeur énergique), ce qui ne tue pourtant pas la nuance, notamment avec quelques morceaux plus doux, plus chargés émotionnellement, mais loin d’être plombants.

Le calme et la tempête

Il n’y a aucune faute de goût, dans ce Get Gone, l’ensemble est homogène, sans baisse de régime et se termine dans une sorte de calme, de celui qui suit le combat et qui annonce le retrait des troupes. L’agencement des morceaux est parfait, relance la sauce quand il le faut, sait calmer les ardeurs de la même façon, bref, là aussi, c’est le sans-faute qui prédomine.

Seratones nous rappelle un peu la grande Janis Joplin, ou, pour les plus jeunes, Izia avec son premier album (même si Seratones a ce petit quelque chose en plus que la fille Higelin ne possède pas). Sans doute est-ce le fait que Get Gone reste un produit américain, et qui mieux que les Américains pour nous pondre un bon vieux rock qui défouraille sec?

Qu’ajouter ?

Une seule conclusion nous saute aux yeux : oubliez vite vos yeux embués de larmes, les bâillements intempestifs, le manque de sommeil, et branchez vous sur le secteur, faites bondir votre tension de 1 à 20.

Avec Get Gone, vous êtes fin prêt à en découdre avec cette nouvelle journée qui vous attend !

 

Comments (1)

  • Black Pumas, debut album (disponible chez ATO/[PIAS]) - LITZIC

    […] On pense à Seratones […]

    Reply

Ajoutez un commentaire