[ EP ] GRAND PARC, Pull noir, puissance pop

Pull noir, nouvel EP de Grand Parc.

Il se pourrait que ce cinq titres soit clivant, mais nous, nous avons direct un gros coup de cœur pour Pull noir, de Grand Parc. Nous disons clivant car sur le premier morceau, génial à notre avis, la voix de Nicolas Marsanne y est lyrique, à sa façon, et soit on aime, soit on n’aime pas. Notre camp est choisi, et le reste de l’EP nous démontre à quel point nous avons raison d’aimer ce groupe.

À l’origine, Grand Parc était en effet un groupe, mais depuis ses débuts, il a évolué en duo (l’autre tête de ce groupe bicéphale étant Annie Langlois). Leur rencontre date de 2012 et leur a permis, au fil des années, de rencontrer un certain succès, pas du tout anecdotique puisqu’ils ont joué aux Inouïs du Printemps de Bourges et aux Trans Musicales de Rennes après leur 1er album paru en 2015. Si le groupe a évolué dans sa forme, c’est aussi le cas dans son fond. Leur musique a muté, conservant le côté pop des débuts, mais délaissant les aspects folk et noise des débuts.

Aujourd’hui, Grand Parc définit sa musique de « variété indie » ou de « chanson assistée par ordinateur ». Est-ce juste ? Relativement, car nous ne sommes pas forcément raccords sur le mot variété. Dans Pull noir, le groupe est nous démontre qu’il est pop, à la rigueur électro-pop (le fait d’être restreint à deux oblige en quelque sorte à utiliser les machines), mais jamais il ne sombre dans la variété. Ils sont trop malins pour cela. Tout comme ils sont trop malins pour se restreindre à une pop bas de gamme entendue mille fois.

<iframe width=”560″ height=”315″ src=”https://www.youtube.com/embed/TUDGwDrbVpk” frameborder=”0″ allow=”accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture” allowfullscreen></iframe>

Indie pop.

Donc le groupe est pop, option indé. Si l’aspect noise a disparu, il reste un peu de son esprit dans les nouvelles compositions du groupe. L’esprit noise serait ce trait d’urgence, rehaussé d’une atmosphère urbaine, légèrement distante, et d’arrangements parfois un peu rêches, mais toujours séduisants. Grand Parc séduit, par la force de la voix, de son interprétation habitée, par le choix des mots (qui ne dérivent à aucun moment dans le simplisme de la variété), et surtout par l’univers cinématographique qu’il développe par sa musique. Une telle musique accompagnerait aisément un film noir, aux séquences coupées à la hache.

L’ensemble dégage parfois un léger parfum vintage (sur J’ai vu la ville surtout), mais ne s’insère pas non plus dans ce revival 60’s auquel nous assistons depuis quelques mois. Grand Parc possède en effet un « grain » bien à lui, une empreinte sonore à nulle autre pareille, toujours en jouant sur des rythmiques plutôt lentes, hypnotiques, qui détourne notre attention comme pour mieux endormir notre vigilance et nous cueillir au cœur par l’uppercut d’une ligne de chant terrassante.

Grand Parc est un groupe que nous ne sommes pas prêts de laisser de côté. Coup de cœur on vous dit !

Grand Parc pull noir

 

 

 

Suivre Grand Parc sur FB

On aime My Favorite horses

Ajoutez un commentaire