DELGRES Mo jodi

deslgres mo jodi chronique

Delgres, Mo jodi

Le premier extrait de leur album Mo Jodi avait dégagé un indicible frisson sur nos peaux fragiles et nos corps ensommeillés. Leur musique réveille les fantômes d’un passé pas si lointain pour nous, encore présent chez certains habitants du globe. Quand la musique sert encore à changer le monde. Delgres ou la renaissance du blues.

Leur album s’appelle Mo Jodi, qui signifie mourir aujourd’hui. Tout un programme si nous nous arrêtons à ce sens premier sans remonter le temps. Ici, avec ce groupe dont le nom est un hommage à un résistant (nous vous laissons chercher qui il était), tout n’est qu’histoire de sens, de sang.

Secousse sismique blues créloe

La musique de Delgres, c’est un tremblement de terre un raz-de-marée un orage, c’est la terre et le ciel, c’est l’amour la colère l’insoumission l’espoir. Par hasard, par le jeu du destin, par un rite vaudou, par on ne sait quel processus, les membres du trio se sont rencontrés, ont fusionné leurs personnalités pour donner naissance à un groupe ravivant les plaies à peine cicatrisées des opprimés.

Chant en créole (à une exception près), voix habitée(s), portant en elle les stigmates des souffrances passées, essayant de faire surgir un souvenir honteux, appelant l’amour la tolérance, le sens, toujours. Une batterie puissante, un sousaphone en guise de basse, profondeur insondable de sonorités cuivrées, métallique également par l’usage du dobro, Delgres est ancré dans une réalité d’où ressurgissent les émotions cachées au tréfonds de notre humanité.

Instrumentation entre tradition et modernité

Cuivres, voix féminine, esprit fanfare, fête de mardi gras, de carnaval cajun viennent compléter les inspirations du groupe, apportant ce rayon de soleil après la pluie et le brouillard stagnant au-dessus des marécages de notre histoire. Chaud, froid, équilibre des émotions véhiculées par la musique, Delgres a tout compris, car tout était là, sous la couche des souvenirs. L’esprit est présent. Le sens ne disparaît jamais, le son lui donne corps.

Le groupe joue du blues, il le vit, ne le réinvente pas, non, il le comprend et l’exprime parce qu’il en est ainsi. Il n’est pas mensonge, il est sanguin, il est inscrit dans l’ADN de ce groupe dont la puissance de feu doit être des plus impressionnantes sur scène. Il dégage une sincérité farouche, une vérité sans âge, une puissance venant des pieds, des mains, des cœurs, pour exploser en feu d’artifice au-dessus de nos têtes.

Fier

Delgres devait exister pour prouver que les paroles non entendues peuvent trouver un écho qui sera cette fois audible par tous. Parce que cette musique puise dans ce qu’il y a de vrai, de beau, en chacun de nous. Essentielle quoi !

Qu’ajouter à cela ?

Site officiel Delgres

Si vous aimez le blues, vous aimerez ce bouquin

Comments (5)

  • ARTROCK 2019 Les premiers noms - LITZIC

    […] assez tout le bien que l’on pense de leur blues créole et de leur album Mojodi (chroniqué ICI). Le feu sera donc de la partie pour cette 36éme édition dont il nous tarde de connaître les […]

    Reply

  • ART ROCK Deux têtes d'affiche supplémentaires ! - LITZIC

    […] effet, s’afficheront aux côtés de Lomepal, Angèle, Charlotte Gainsbourg et les excellents Delgres (espérons auréolé d’une victoire de la musique), la bande de Bobby Gillespie Primal Scream […]

    Reply

  • ARTROCK 2019 La programmation complète - LITZIC

    […] donc, les têtes d’affiches que sont The good the bad and the queen, Delgres, Primal scream, Charlotte Gainsbourg, Lomepale et Angèle, nous retrouverons pêle-mêle Thomas de […]

    Reply

  • DELGRES Mo jodi (extended gold edition) - LITZIC

    […] du monde. En effet, le groupe publiera, le 22 février une édition augmentée de leur album Mo Jodi. Celle-ci contiendra 5 nouveaux titres (Toujou eve mwen, Vivre sur la route (avec Jean-Louis […]

    Reply

  • ARTROCK 2019 Début des festivités dans 17 jours - LITZIC

    […] la chronique de l’album de Delgres Mo Jodi ICI Retrouvez la chronique de l’album de Buck Among Your Fears ICI Retrouvez la chronique de […]

    Reply

Ajoutez un commentaire