PHILIPPE AZAR Les mélodies de la chasse d’eau

Notre Auteur du mois Philippe Azar a publié, il y a quelque temps déjà, son premier roman, Les mélodies de la chasse d’eau. Nous (re)publions la chronique de ce roman nous ayant fait découvrir l’univers de Philippe. Nous mettons en fin de chronique le lien vers le site marchand si l’envie de le lire vous prenait.

S’il nous faut quelques pages pour nous immerger dans l’univers de Philippe Azar, c’est parce que cet auteur possède un univers bien à lui, univers qu’il nous faut apprivoiser. Une fois ce petit réglage fait, nous ne lâchons plus Les mélodies de la chasse d’eau et son héros banal, presque un antihéros d’ailleurs, Sami, comédien, qui, parce qu’il faut bien vivre, enchaîne les jobs à la con en attendant le rôle de sa vie.

Le ton employé par Azar, à la fois chargé d’humour (noir, pince-sans-rire), d’insoumission et de rock n’roll attitude, nous ravit de bout en bout. Le bouquin retrace une partie de la vie du narrateur, au moment où il ne vit pas encore de son art, où il s’interroge sur le sens de cette vie tout en refusant de tout accepter « parce que c’est comme ça », refusant également de laisser ses rêves croupir aux oubliettes.

Entier, tel est le mot qui caractérise le personnage d’Azar, et cela nous parle. Si l’ensemble du bouquin est noir, assez désespéré ou du moins très pessimiste sur la société qui est la nôtre, la dernière phrase du roman relativise l’ensemble.

Tout n’est pas tout noir combien même tout semble prouver le contraire. En s’achevant sur cette note optimiste, Philippe Azar réussit à nuancer son propos et, par le fait, le rend d’autant plus crédible car tout cela sonne juste, vécu. Il est vrai qu’ aujourd’hui, pour vivre de son art, c’est le parcours du combattant. Pas d’autre choix que d’aller au turbin pour vivre, l’art, la passion, étant dès lors relégués au second plan. Cela ne fait que nous rappeler que cette vie est en partie la nôtre, et que, tant bien que mal, bon nombre d’entre nous essayent de s’en affranchir pour exister autrement que par et pour les envies de ceux qui se trouvent au-dessus de nos têtes.

Les Mélodies De La Chasse D’Eau, belle métaphore de la musique de la vie, possède de nombreuses qualités : une écriture dynamique, comme un jet de vie sur papier, un héros sympathique, en colère (mais juste ce qu’il faut), et surtout un style que nous ne retrouvons pas partout, tout le temps. Ici, pas de bienséance, ce qui doit être dit l’est, de la façon toute personnelle dont Philippe Azar voit les choses. En résumé, pas de courbettes, des faits exposés tel quel pour un rendu plus humain.

Bref, ce livre se dévore, nous entraîne dans une vie comme une autre, comme la nôtre, et nous montre que si la vie c’est de la merde, des fois il peut en résulter de belles choses. Une fois qu’on a tiré la chasse d’eau quoi…

Redécouvrez l’univers de Philippe avec sa nouvelle au bord. La première partie est ICI , la seconde ICI

Pour trouver les mélodies de la chasse d’eau, c’est par ici : www.amazon.fr/mélodies-chasse-deau-Collection-Bookless/dp/2372224492/ref=tmm_pap_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=&sr=

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.