TWIN APPLE Miss sunbeam

twin-apple-miss-sunbeam-chronique-litzic

Les tropiques, Londres, et un peu de Californie

Petit détour par le soleil, car tout commence avec des rythmes rappelant le brésil et l’univers fantasmé des vacances dans des endroits paradisiaques. Et il y a ces images qui surviennent, aux couleurs désaturées, évoquant les débuts de la télé couleurs. Légèrement psychédélique tout ça. Direction les tropiques, sans escale, avec la pop évocatrice de Twin Apple.

Miss Sunbeam est le nouvel album du combo Twin Apple (après deux albums auto-produits) et est déjà disponible sur le label Toolong Records/differ-ant. Plongez dès à présent dans cette véritable bulle de lumière aux charmes instantanément addictifs.

Pop gorgée de soleil

L’indie-pop du groupe Toulonnais est en effet salvatrice. Elle habille nos visages d’un large sourire de satisfaction, dès Staring at my hand, titre d’ouverture qui nous happe sans que nous n’y opposions aucune résistance. Tout y est bon et se propage aux autres titres de l’album. Clavier vintage, farfisa, arpèges de guitares folk, delay et trémolos de grattes électriques, voix suaves et sucrées, douces ou rebelles, se donnent rendez-vous, pour notre plus grand plaisir.

Le parti pris du groupe est de nous faire oublier nos univers bétonnés, nos ciels chargés de nuages gris et emplis d’une eau glaciale, grâce à une musique projetant irrémédiablement dans notre esprit des images de plages infinies, de cocotiers, de cornets de glace. Nous nous y projetons tellement que c’est tout juste si nous ne retrouvons pas, coincés entre nos orteils, une fois nos chaussettes ôtées, de petits grains de sable.

L’ensemble est super bien foutu, d’une fluidité que rien ne pourrait détruire. Même lorsque le groupe rejoint des contrés plus Anglo-saxonnes (Sweet Lilly, Haunted King, You Know I am dead), délaissant les tropiques pour le cœur de Londres, il ne perd en rien ce côté « à la cool ».

Inspiration birtannique

Au contraire, cette pop (qui n’a rien envier aux Anglais) nous propulse en plein centre de la capitale britannique pour un voyage guidé nous ouvrant les portes des grands standards du pays. Certains de ces titres-là sont un peu du genre de ceux que nous entendons parfois dans ces comédies sociales anglaises. D’autres jouent plus la carte du groove, s’approchant ainsi d’un rock posé mais plein de sève.

Et puis il y a parfois ces notes un peu plus mélancoliques, un son s’approchant parfois de celui de Pink Floyd (sur I look at the sky entre autres), avec des guitares électriques toujours inspirées par les années soixante dix. Cela confirme tout le bien que nous pensions déjà du groupe, amplifie aussi le plaisir d’écoute.

Tout n’est pas que sucre, il y a aussi un peu de sel par-ci par-là, ajoutant des touches de couleurs différentes à l’album, même si nous perdons un peu en homogénéité. Qu’importe, les compositions sont toujours rondement menées et ne perdent en aucun cas en qualité.

Au final

Ce qui ressort au final de Miss Sunbeam, c’est qu’avec ses petites touches psychédéliques, avec cette pop chaleureuse et maline, avec ses rythmes alanguis et gorgée de jus de papaye, avec ces quelques éclairs, Twin Apple nous offre une brèche dans notre quotidien, un ailleurs où nous pouvons savourer la vie et ses plaisirs simples, sans oublier totalement d’où nous venons.

À la fois innocent et adulte. Bravo !


Parfait si vous aimez L’éclair

3 pensées sur “TWIN APPLE Miss sunbeam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.