TERRY I’m Terry

Quand le charme agit instantanément, il retombe parfois à plat. Ce n’est absolument pas le cas de ce I’m Terry, des Australien de Terry, qui dès les premières mesures (dès la photo de la pochette serions-nous mêmes capables de dire) nous saute littéralement aux oreilles et ne nous lâche plus tout du long des 29 minutes que dure l’opus.

Ici, tout est simple, sans artifices inutiles. Rien n’est fait pour nous convaincre que ce disque est bon, parce qu’il n’en est pas besoin. Ce disque est bon, un point c’est tout.

Mais pourquoi l’est-il ? Il s’intègre à merveille dans le paysage indie-pop/rock (post punk) avec ce côté légèrement Lo-Fi, à même de nous faire croire que le disque fut enregistré dans le garage de l’un des membres du groupe, sur du matériel de fortune.

Bon en fait le son est nickel, et est mixé de façon à ce que rien ni personne ne soit mis trop en avant ou trop en arrière. La basse s’entend, la guitare aussi, le xylophone également. Les voix sont bien mixées elles aussi, sans subir de modification. Elles sont brutes, mais douces, et c’est tant mieux (pas de réverbération, pas de distorsion).

Tout s’agence à merveille, sans en faire des caisses. La basse est assez basique (mais efficace), pas de solo dégoulinant de gratte (juste ce qu’il faut), une batterie métronomique capable de roulements tempétueux (mais là aussi utilisés avec parcimonie), bref, un côté presque épuré si nous devions y trouver un adjectif.

Les voix sont tour à tour masculines, féminines, égrainent des mélodies semblables à de chouettes comptines que nous nous surprenons à reprendre en chœur. Le côté fulgurant des mélodies est indéniablement le point fort de ce disque, ce liant qui fait que tout tient debout.

En jouant la carte de la simplicité, Terry fait de son I’m Terry un disque indispensable, que nous prenons un plaisir simplement jouissif à écouter. Leur pop reprend un peu du punk avec ce côté basique dans les instrumentations qui ne fait que nous ravir.

I’m Terry dégage un charme qui ne retombe jamais à plat, qui permet même à l’album de revenir régulièrement sur la platine tant il dégage une énergie positive. Alors ne boudons pas notre plaisir des choses simples, car elles sont souvent les plus savoureuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.