Spiritualized And nothing hurt

Si certains ne connaissent pas encore Spiritualized, il est grand temps d’y remédier. Quoi de mieux que la sortie de leur nouvel album pour s’y coller. Vous nous suivez ?

And nothing hurt (Bella Union/[PIAS]) est le huitième album studio du groupe. Sous ce nom du moins car la plupart des membres jouaient déjà ensemble au sein de Spacemen 3. C’était il y a longtemps, nous en convenons, mais comme vous ne connaissez pas le groupe, on vous prend par la main.


Pour ceux qui connaissent, pas de surprise, vous retrouverez ce qui fait le sel de Spiritualized avec ce son puissant, aux inflexions gospel/soul, avec cette voix pleine de candeur. Vous retrouverez aussi ces murs du son, cet empilement d’effets, ce côté grandiloquent foutrement touchant.

Un peu dans le rouge niveau thunes, Jason Pierce, le leader et seul membre permanent du groupe, après avoir combattu il y a de cela quelques années une grave maladie, à tout enregistré seul, sur son ordinateur (oui oui, vous lisez bien, et comme nous vous ne comprenez pas comment une telle profondeur peut ainsi être créée par un homme seul, sur son ordi, avec ses instrus).

Le résultat est tout simplement sidérant. Sidérant de puissance, sidérant de grâce, sidérant d’inventivité combien même l’histoire du groupe est longue et déjà jalonnée de pures pépites (on pense inévitablement au Ladies & Gentleman we are floating in space). Plus que jamais, la voix de Jason Pierce est touchante car nous y sentons énormément de fragilité, de celle de ceux qui se sont battus et qui n’ont jamais abdiqué. Moins trafiquée (comprendre moins passée au travers de filtres divers et variés) que par le passé, elle dégage une maturité touchante. Il est d’ailleurs question du temps qui passe dans cet album. Jason dit d’ailleurs : « Je ne voulais pas me battre contre mon âge ; il faut vraiment accepter cela. Je ne m’énerve pas contre l’inévitable. J’ai passé beaucoup de temps à réfléchir à la façon dont les chansons doivent être formées, en essayant de créer un ensemble narratif cohérent plutôt que de balancer quelques vers qui riment. »

Il faut lui reconnaître cela : en acceptant l’inévitable, il a trouvé la formule magique pour sortir un album d’une grande justesse, à l’émotion ténue. Ce disque est peut-être son plus beau à ce jour, son plus sincère en tout cas car plus dépouillé de ses artifices. Simple mais épique. Fort mais faillible, d’où cette humanité que l’on ressent tout au long de ces titres inspirés.

Nous n’espérions plus cela de ce groupe, tant tout semblait avoir été dit. Nous nous plantions.

And nothing hurt est simplement un grand disque.

Et Spiritualized un grand groupe.

Tout est dit.

Le clip I’m your man est visible ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.