ORVILLE PECK Big sky

Cow-boy de pacotille ou western moderne ? Fini les grands espaces du Midwest, bonjour le confinement d’une chambre, la vie grouillante d’une métropole.

Au milieu de tout ça, Orville Peck survient et nous terrasse avec ce Big Sky qui pourrait nous faire aimer la country. Non, pas celle des White trash ou des Rednecks imbibés de bourbon, mais une country différente, plus intime, plus crépusculaire.

Guitare et banjo sont au rendez-vous sur cette comptine sépulcrale, à la fois rassurante et angoissante. Comme si un fantôme chantonnait dans le creux de notre oreille. Familière et pourtant évanescente, cette musique se niche en plein milieu de notre bide, nous paralyse et nous maintient en haleine.

Superbe.

Une pensée sur “ORVILLE PECK Big sky

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.